• A paraître : La forêt des Gardiens (série numérique, 10 ans+)

    Grande nouvelle !

    La forêt des Gardiens,

    roman jeunesse estampillé CoCyclics,

    paraîtra en juillet chez

    logo Numéricklivres

    dans la Collection 45', en une série de 6 épisodes

     


     

    En attendant illustrations et résumés officiels, je me suis amusée à vous concocter ceci :

    Une présentation ?

    Dans la forêt de la planète PèreMère, les humains ont longtemps été décimés par les mentaloups qui dévorent l’énergie mentale. Jusqu’au jour où ils ont découvert les « crêtes » qui permettent de capter et d’émettre les pensées et de bloquer celles des autres. Mais la télépathie n’est pas aisée à contrôler et si l’on apprend depuis tout petit la maîtrise de soi-même, il faut attendre ses quinze ans pour acquérir sa crête.

    En cette fin d’automne, comme parrains d’initiation, Méi a choisi les parents de Stur, Norianin, et Arinou. Ils sont tous à la Falaise aux Gornouilles quand une maladie inconnue et mortelle se répand dans la forêt. Par un concours de circonstance, les adolescents et les enfants sont les seuls à ne pas être contaminés.
    À eux de sauver les villages...

     

    A paraître : La forêt des Gardiens (série numérique, 10 ans+)

     

    Qui sont les 4 héros ?

    Méitalinoé (Méi), 15 ans : Acquérir une crête et devenir télépathe signifient aussi accéder à l’âge adulte. C’est très excitant... et pas mal inquiétant.

    Sturanan (Stur), 15 ans : Il envie l’initiation de Méi alors que lui doit encore attendre. Surtout, il se demande si le changement de statut de la jeune fille ne va pas briser leur grande amitié.

    Norianin (Nori), 10 ans : Quand il sera grand, il passera tout son temps dans la forêt. Il connaîtra le nom de toutes les plantes qui se mangent et saura pister tous les animaux.

    Arinou (Ari), bientôt 7 ans : Elle aime mieux ramasser du bois que de cueillir des baies. L’autre jour, elle a attrapé une grosse truite toute seule. Ce soir, c’est elle qui épluche les légumes pour la soupe, Méi sera fière d’elle. Pourvu que Stur n’exige pas qu’elle se lave les cheveux.

    Quelques ambiances ?

     

    A paraître : La forêt des Gardiens (série numérique, 11 ans+)

    — Mais regarde le piton là-bas, il y a un homme dessus.
      Méi se décida à scruter le pic rocheux que désignait Ari.
    — Je ne vois rien qui bouge. Tu as dû te tromper. C’était un élan ou peut-être une grande biche.
    — C’était un homme, affirma Arinou de sa voix flûtée. Il était debout et il nous regardait.
    — Il ne peut pas nous distinguer à cette distance, bêtassou, nous sommes cachées par les buissons.
    — Ben moi, je l’ai bien vu.
    — Oui, parce qu’il se détachait sur le ciel.
    — Ah, tu vois qu’il était là. J’ai raison, c’était un homme !
      La jeune fille, ébranlée par la logique de l’enfant, secoua la tête. Les perles colorées qui décoraient les petites nattes entourant la bande rasée de son crâne accrochèrent un rayon du soleil déclinant.
    — En plus, tu brilles, argumenta Arinou.


     

    A paraître : La forêt des Gardiens (série numérique, 10 ans+)

      Une branchette cassée par le vent dégringola soudain sur la tête de Sturanan. Le garçon sursauta et revint à la réalité. Il prit alors conscience que quelque chose clochait. Quoi ? La forêt bruissait normalement et... Non, il manquait un certain son : la voix de Norianin ! Voici longtemps que son petit frère ne s’était pas manifesté. D’habitude, il avait constamment quelque chose à lui montrer ou une question à poser.
      L’adolescent se redressa pour voir ce que faisait l’enfant.
      Il ne le trouva pas.


     

    A paraître : La forêt des Gardiens (série numérique, 11 ans+)

      Obscurité totale. Sautillements batraciens qui s’apaisent peu à peu. Bruits de gouttes d’eau, murmures de ruissellement. Succion de la vase entre les orteils nus. Quelque chose qui frétille sur la peau du talon. Ne pas appeler. Ne pas avoir peur. Se détendre.
      Puis s’allonger.
     La boue est tiède et lisse. Douce. Les petites bêtes qui s’y promènent ne grouillent plus, elles chatouillent, elles caressent. La nuit de la terre palpite avec son cœur. Rythme lent, apaisé.

      Méi se laissa aller.

     


     

    A paraître : La forêt des Gardiens (série numérique, 11 ans+)

      Stur fermait la marche. Tout aussi maussade que le ciel gris et les arbres dénudés, il ne prêtait pas attention à la conversation de Norianin et Arinou qui le précédaient de quelques pas. Son regard se portait plutôt sur la silhouette de Méi qui devançait le petit groupe de plusieurs longueurs d’arbre, et qui apparaissait, disparaissait, selon les courbes et les tournants du chemin. La démarche de la jeune fille était la même que quelques jours auparavant. Pourtant, sous la tunique longue qui lui battait le haut des cuisses, le léger balancement de ses hanches était soudain devenu fascinant.


     

      Silencieux, les babines retroussées sur des défenses jaunes qui tranchaient sur les fourrures vert sombre, le corps efflanqué malgré le poil d’hiver mais le poitrail massif et les pattes puissantes aux griffes apparentes, les mentaloups surgissaient l’un après l’autre de derrière des arbres, des buissons, des congères.
     À moins de cent pas des enfants. Les encerclant.

     

    ______________

    Crédits photos : sous licence CC, Flickr, dans l'ordre d'apparition : tourismemauricie, jc des plaines, annelisehering, zebxn, Christian Pelletier, esyckr,